Etienne dans Libération

Publié le 16 novembre 2013

Etienne est dans le Libé de ce samedi 16 novembre 2013.
Retrouvez ci-dessous les deux autres Couv d’Etienne dans Libération.

Etienne Daho - Libération du samedi 16 novembre 2013

.

Etienne Daho - Libération 25 mai 1988

.


Etienne Daho - Libération 25 janvier 1989


 
 
 

2 commentaires “Etienne dans Libération”

  1. PERO Renato
    24. novembre 2013 um 04:05

    Buondi Signor Daho

    Je me permets ces 2 mots en italien, l’étant moi même,amoureux inconditionnel de ce pays j’ai remarqué que vous avez débuté ce nouvel opus à Rome, et je me souviens aussi avoir lu il y à quelques années de petites vacances que vous aviez passé à Palerme ( mon père viens de là et ma mère de Venise ) et que vous aviez appréciées je crois…

    Bon, juste bravo pour ce nouvel album qui contient toujours ce suc juvénile, ce style …

    J’ai 47 ans et j’ai retrouvé il y à quelques mois une femme avec qui j’avais eu une relation intense en 85 , epoque de pop satori, et nous rallumons des sensations perdues jadis avec étonnamment le même témoin mettant en musique à nouveau cette nouvelle rencontre

    Je ne vous cache pas avoir toujours plutot été pop anglo saxonne et soul, peu de français trouvant grace à mes yeux

    Dans les années 80 mes idoles étaient : bowie, prefab sprout ( nouvel album sorti ces jours ) police, brian wilson et …vous

    Vous etes inaltéré et enthousiaste, comme moi quoi !!

    BRAVO A NOUS ET PORTEZ VOUS BIEN

    Renato

  2. tholot
    9. décembre 2013 um 10:39

    Bonjour Monsieur Etienne Daho

    Vos chansons rassemblent TOUT . Elles mélangent les styles, les cultures, les émotions. Elles ressemblent à la VIE. Elles sont simples et compliquées. On peut les écouter 100 fois, elles vous emportent toujours mais jamais de la même manière….parfois par la main, par les tripes, ou en vous caressant les cheveux ou en électrifiant tout notre corps. On sent qu’elles viennent d’une belle personne…..
    Merci mille fois de me surprendre toujours depuis 30 ans.

Laissez moi un petit mot