La Presse autour du Condamné à mort

Libération
« Une élégance qui sent le souffre ».
Lire l’article

L’express
« Un album pop envoûtant…mystique et épuré, rempli de cendres et de désir brûlant ».
Lire l’article

Le nouvel observateur
« Volontairement dépouillé.., pour mieux laisser entendre les alexandrins flamboyants du sulfureux Genet ».
Lire l’article

Magic
« Etienne Daho signe un important chapitre de sa discographie décidément exemplaire. »

Têtu
« Un texte qui fait exploser les règles par un érotisme scandaleux ».

Télérama
« Plus qu’un disque, un document. Daho n’a jamais si bien chanté. Magnifique »
Lire l’article

TELE 2 SEMAINES
« …Un érotisme débridé. Magnifique ».

Grazzia
« Le pari était risqué…Daho s’incline devant ‘insolence et la modernité de Genet, sublime le texte et en laisse jaillir l’érotisme sourd et violent qui l’imprègne ».


 
 
 

3 commentaires “La Presse autour du Condamné à mort”

  1. Vigier Michel
    16. novembre 2010 um 12:31

    Jean Genet,Jeanne Moreau, Etienne Daho…….. quelle rencontre et quel disque magnifique.
    Grosse prise de risque avec un texte sulfureux mais combien émouvant.
    La musique d’Hélène MARTIN remise au goût du jour , mais sans trop , ce qui laisse au texte toute sa saveur et surtout la voix d’Etienne Daho qui n’a jamais été aussi belle et parfois aussi fragile .
    Merci

  2. de Fages Alexandre
    17. novembre 2010 um 21:39

    salut Etienne,
    …..
    je voulais juste par ces quelques lignes, te dire que ce condamné à mort, est un véritable cadeau pour nos oreilles (enfin pas toutes). le timbre de vos voix mélangées, donne à cette histoire dure, une douceur angevine… ne sachant pas cet été que vous alliez jouer sur Paris (même si ..) j’ai pris des places pour Val de Reuil. après l’écoute du CD, j’ai également pu me procurer des places pour l’Odéon, où les textes, je pense prendront une toute autre saveur..
    …..

  3. catherine
    20. novembre 2010 um 15:06

    les chalands sont tombés sous le charme hier;
    merci à vous deux, à vous tous

Laissez moi un petit mot